De plus en plus de trafics en tout genre ont lieu sur Instagram. Des petits groupes fermés sont créés sur ce réseau social pour vendre des armes ou de la drogue en pensant passer sous le nez des autorités. En Suède et plus particulièrement à Stockholm, cette application est la plus utilisée et la plus populaire chez les jeunes. Avec l’évolution croissante des nouvelles technologies, la police du pays ne s’y connait pas assez pour pouvoir traquer tous les criminels. Les enquêtes menées sur ce genre de crime n’aboutissent jamais à de réelles preuves. C’est pourquoi, les trafiquants trouvent ce moyen « idéal ».

Des journalistes suédois ont réussit à entrer dans certains groupes fermés sur Instagram où circulent des trafics de pistolets, de couteaux, de marijuana, ou encore de haschisch. Ces crimes sont aussi bien réalisés par des personnes majeures que des personnes mineures, c’est pourquoi le ministre suédois de l’Intérieur Anders Ygeman a reconnu que le problème avait pris une ampleur considérable et grave. Néanmoins, la police – grâce a ses relations avec Instagram – a déjà réussit à faire bloquer près de 100 comptes illégaux. Même si la police tente par tous les moyens de résoudre ces problèmes, cette affaire montre que même les services de police doivent développer leurs compétences informatiques, notamment au niveau des réseaux sociaux.