Les périodes électorales sont le terrain de jeu favori des fake news. À l’approche du 1er tour de l’élection présidentielle, les réseaux sociaux du groupe Meta s’allient pour lutter contre la désinformation. Le groupe va diffuser des vidéos pédagogiques sur les fausses informations et va mettre en place avec l’Agence France Presse un service de vérification des contenus diffusés sur les réseaux sociaux.

Freiner la diffusion de Fake News

Meta présente de nouvelles initiatives lancées en partenariat avec des médias de l’Hexagone pour lutter contre la diffusion de Fake News. La plupart de ces partenariats reposent sur la diffusion de messages et de vidéos sur les fausses informations, et associent Instagram, Facebook et WhatsApp aux médias Loopsider, France 24 et l’Agence France-Presse (AFP). Le groupe lance plusieurs campagnes de sensibilisation comme la campagne « Fake ou quoi ?! » en collaboration avec Loopsider afin de sensibiliser la jeunesse aux fausses informations.

Dans le cadre de cette campagne, plusieurs vidéos vont être diffusées sur les réseaux sociaux incluant des Reels et des stories ainsi que des quizz. Meta soutient aussi le projet Mediawise qui propose un programme d’éducation aux médias en ligne en collaboration avec l’institut Poynter et France 24. Accessible sur WhatsApp, ce programme propose une formation gratuite d’une durée de 10 jours au cours de laquelle les internautes vont apprendre à repérer les théories conspirationnistes, les escroqueries, les fausses informations et toutes formes de manipulation pouvant circuler sur Internet et les réseaux sociaux.

@Meta

Meta fait preuve de pédagogie dans ses campagnes afin de donner « aux citoyens les clés pour identifier les fausses informations et les réflexes à adopter pour ne pas se faire piéger ». Le groupe est désormais très investi dans la presse notamment avec le lancement ce mois-ci de Facebook News

Un nouveau dispositif mis en place sur WhatsApp 

C’est une première pour les élections en France, Meta en partenariat avec l’AFP va mettre en place un service de vérification. Le principe est simple, lorsqu’un utilisateur de WhatsApp en France voit une info qu’il suspecte d’être une fake new, il peut signaler celle-ci au 06 47 08 70 46 sur l’application de messagerie. Ensuite, l’AFP peut « partager en retour sur WhatsApp des articles de vérification des contenus partagés ».

« Ces deux programmes sont très complémentaires avec Meta: ils nous permettent de s’adresser au plus grand nombre, en proposant des techniques et outils faciles d’usage pour échapper aux pièges des infox, tout en offrant la possibilité à chacun de soumettre directement des contenus douteux à nos équipes sur WhatsApp. L’AFP confirme ainsi son ferme engagement dans la lutte contre la désinformation, qui est d’autant plus nécessaire une année d’élections », a déclaré Phil Chetwynd, Directeur de l’information de l’Agence France-Presse.

@Meta

Meta ne se contente pas de sensibiliser, il sanctionne aussi en supprimant certains contenus ne respectant pas les « standards de la communauté ». Parmi ces types de contenus, il y a les fausses informations visant à limiter la participation électorale ainsi que les contenus de désinformation qui peuvent causer des violences et des dommages physiques. Comme Facebook l’avait déjà fait en 2017, Meta prévoit de diffuser à l’ensemble de ses utilisateurs en France métropolitaine des messages rappelant les dates des élections.