Si vous êtes un fervent utilisateur de Snapchat, vous consultez surement Discover, la section média du réseau social. Pour l’instant, il n’existe pas de version française de ce dispositif, pour lesquels les médias français se battent. Avec plus de 150 millions d’utilisateurs actifs quotidiens sur la plateforme, figurer dans Discover est un objectif ultime pour les médias. C’est pourquoi les places sont chères et rares. Afin d’attirer un maximum d’utilisateurs, les médias tels que Buzzfeed, Daily Mail ou encore Mashable proposent souvent des titres choc tels que « 10 choses qu’il pense de votre vagin » mais aussi des titres plus sérieux pour couvrir  les récents événements tragiques survenus aux Etats-Unis.

Cette technique de titre choc n’a cependant pas plu à tout le monde puisque Snapchat est aujourd’hui poursuivi pour manque de pudeur envers les jeunes. Si la plateforme est attaquée, c’est surtout parce qu’elle est notée comme une application disponible pour les utilisateurs de 12 ans et plus. Ce n’est pas la première fois qu’un réseau social est attaqué par rapport à ses contenus dits choquants, mais il s’agit cette fois d’un contenu créé par le réseau social lui-même et non par un utilisateur. Cette notion change clairement la donne, ce qui a conduit une mère de famille à porter plainte contre Snapchat. 

Les contenus en cause ? des images de Disney utilisées pour des articles autour de « 23 images qui vous parleront si vous avez déjà eu un rapport sexuel avec un pénis » ou « 10 choses auxquelles il pense lorsqu’il n’arrive pas à vous donner d’orgasme ». Des propos que cette mère de famille n’a pas souhaité laissé à la libre portée de son enfant de 14 ans. Un porte-parole de Snapchat a depuis réagit à cette plainte en s’excusant de la politique éditoriale des médias de Discover, qui sont totalement indépendantes du réseau social lui-même. Reste à savoir si Snapchat intégrera un type de contrôle afin de ne pas laisser de très jeunes utilisateurs devant des contenus non appropriés.

Source : Numérama