L’ancien Président américain, Barack Obama, a prononcé un discours à l’Université de Stanford sur « les défis de la démocratie dans le domaine de l’information numérique » lors de l’événement Cyber Policy Center. Il cible tout particulièrement les dangers de la désinformation qui circule sur ces plateformes. 

« Un affaiblissement de la démocratie »

S’il reconnaît que des plateformes telles que MySpace et Facebook ont joué un rôle important dans ses campagnes victorieuses, et qu’il n’aurait « peut-être pas été élu » sans elles, l’ancien président américain a tenu un discours très ferme à leur encontre. Selon Barack Obama, la démocratie s’affaiblit à cause, entre autres, du modèle économique mis en place par les réseaux sociaux. L’ancien sénateur de l’Illinois a également tenu à insister sur les ravages de la désinformation, non sans mentionner son successeur à la Maison-Blanche : Donald Trump.

Les réseaux sociaux amplifient «les pires instincts de l’humanité»

Selon lui, les plateformes de médias sociaux n’ont pas entraîné directement davantage de divisions et d’angoisses au sein de la société, mais elles ont contribué à les amplifier. Les utilisateurs de toutes les régions du monde sont désormais exposés à davantage d’informations et de rapports sociaux en provenance du monde entier, les pires exemples sont abondamment mis en avant par inadvertance ou par les algorithmes des réseaux sociaux qui ont été conçus pour maximiser l’engagement des utilisateurs. Fort de cet état des lieux accablant, Barack Obama demande au gouvernement de réguler ces grandes plateformes qui doivent selon lui être tenues responsables des débordements et faire preuve de davantage de transparence.