A l’heure actuelle, qui n’a jamais posté de photo de son repas sur Instagram ? Ce geste ordinaire est devenu un moyen d’aider de nombreuses personnes atteintes de troubles alimentaires.

En 2015, certains sites s’avéraient être dangereux pour les femmes ou les hommes souffrant d’anorexie. Aujourd’hui, on remarque que dans certaines situations, les réseaux sociaux – notamment Instagram – peuvent être véritablement bénéfiques pour combattre certaines maladies et plus précisément l’anorexie.

C’est le cas pour Jordane Giguère âgée de 24 ans qui combat – depuis plus de dix ans – l’anorexie sans relâche. Depuis peu, Instagram est devenu son ami et son allié. Pour la jeune femme, toutes les photos de nourriture qu’elle aperçoit sur le réseau social de l’image sont un défi. « C’est arrivé à un moment où ça allait vraiment mal. Je sortais de l’hôpital, puis je me sentais vraiment seule. Avec les suivis qui ne sont pas toujours adéquats et pas toujours très serrés lorsqu’on sort de l’hôpital, j’ai trouvé Instagram, un peu comme étant un groupe de soutien à la portée de la main » confie-t-elle au site Huffington Post Quebec.

influenth-instagram

Les réseaux sociaux sont en effet un bon moyen pour accompagner les personnes souffrant de troubles alimentaires dans leurs combats, mais seulement à un certain moment de leur guérison. Certains spécialistes français du projet de recherche Anamia ont expliqué que « les sites représentent un complément de sociabilité pour leurs membres, des lieux où ils construisent des réseaux de solidarité pour accéder à des formes de soutien et d’entraide qui ne seraient pas disponibles autrement. Ils s’ajoutent à l’offre de soins proposée par les systèmes de santé. »

Si les réseaux sociaux offrent un suivi particulier pour les personnes qui souhaitent sortir de la maladie, ils peuvent également être un véritable piège pour d’autres.

Source : Huffington Post Quebec