Le dirigeant de Facebook, Mark Zuckerberg, vient de publier ses voeux 2018 sur Facebook et il semble faire son mea culpa. Il reconnaît les erreurs commises par la géant bleu et espère corriger le tir pour l’année à venir, prêt à saisir les challenges que 2018 lui offrira.

« Chaque année, je relève le défi d’apprendre quelque chose de nouveau. J’ai visité tous les États américains, j’ai couru 365 milles (587 kilomètres), construit une intelligence artificielle chez moi, lu 25 livres et appris le mandarin.» Ces par ces mots que le fondateur de Facebook commence, les mêmes que ceux employés en 2017. Cependant cette année, le ton est plus grave, plus serieux. Il souhaite « réparer » Facebook, le mot est fort mais pesé au vu des scandales qu’a traversé l’entreprise. Il veut empêcher le réseau social le plus puissant du monde de devenir une usine à «fake news » et ainsi lutter contre les abus. Il le reconnaît lui même : «Facebook a beaucoup de travail à faire – que ce soit pour protéger notre communauté contre les abus et la haine, pour se protéger contre l’ingérence des États, ou pour s’assurer que le temps passé sur Facebook soit du temps bien dépensé».

Depuis sa mise en ligne, ce message a été très largement repris et discuté. Certains critiquent l’utilisation de son compte personnel à des fins professionnelles quand d’autres salut son honnêteté.

 Capture d’écran 2018-01-05 à 16.51.08