Ce n’est un secret pour personne, le marketing d’influence est devenu un véritable eldorado pour les créateurs de contenu aux milliers d’abonnés. Ces derniers enchaînent alors les partenariats, avec plus ou moins de transparence, pour vanter les mérites d’une marque. Mais ces placements de produits ont-ils une incidence sur le taux d’engagement des vidéos YouTube ? L’agence d’Influence Marketing Influence4you nous apporte des éléments de réponse.

Les partenariats pullulent sur les réseaux sociaux. Nouveaux canaux publicitaires phares, les influenceurs font les beaux jours des annonceurs. Mais cette forme d’Inbound Marketing plaît-elle aux utilisateurs des médias sociaux ? Est-elle toujours bien encadrée ? Oui et non !

Un taux d’engagement mitigé

Les vidéos YouTube sponsorisées enregistrent un taux d’interaction supérieur par rapport à celles qui ne le sont pas, passant ainsi de 4,7 % à 5,4 %. La raison ? Les vidéos sponsorisées ont plus de moyens et sont donc plus aptes à créer un effet « wahou ». En revanche, elles font beaucoup moins de vues (2,8 millions) que les vidéos classiques (3,8 millions). À noter tout de même que cet écart devient moindre quand l’influenceur en question a l’habitude de poster des contenus sponsorisés. Ceci s’explique sans doute par la perception de l’audience. Le public habitué à ce que son Youtubeur fasse régulièrement du contenu financé appréciera ce type de contenu. À l’inverse, un influenceur ne sortant que peu ou pas de vidéos en partenariat trouvera un accueil peut-être plus mitigé.

En ce qui concerne le volume des vidéos sponsorisées sur leur chaîne, la moyenne est aux alentours des 15 %. L’écart entre les Youtubeurs est cependant très important, révélant ainsi que plus il y a d’abonnés, moins il y a de partenariats. La rémunération plus élevée par vidéo explique sans doute cette différence.

Le respect des règles de placements de produits sur YouTube

En ce qui concerne la transparence des vidéos sponsorisées, les règles restent, dans l’ensemble, peu respectées. Sur 84 vidéos sponsorisées (sur les 600 analysées), 70 d’entre elles contenaient uniquement une annonce du partenariat en description, et seulement 14 possédaient l’encart YouTube avec la mention « Inclut une communication commerciale ». Ce dernier n’est donc présent que dans 20 % des vidéos sponsorisées analysées. A priori, les méga-influenceurs sont les plus frileux quant à son utilisation, pourtant recommandée.