Jeudi 12 mars, le président de la République prononçait un discours en direct à la télévision pour annoncer les mesures prises en France afin de lutter contre le coronavirus. Malgré le contexte solennel de l’allocution, les téléspectateurs ont eu de quoi rire. En effet, les sous-titres du discours d’Emmanuel Macron sont un peu partis en vrille, ce qui a amusé Twitter.

L’art de la vélotypie : des sous-titres tapés en direct

Ce jeudi, Emmanuel Macron a prononcé un discours que 22 millions de Français ont regardé en direct. En réaction au coronavirus, il a annoncé les mesures mises en place pour limiter la propagation de l’épidémie, notamment la fermeture des écoles et autres établissements scolaires.

Pour que les personnes sourdes et malentendantes puissent suivre elles aussi l’allocution, des sous-titres étaient tapés en direct. Pour information, la personne chargée de cette mission s’appelle une vélotypiste. Cette dernière utilise un clavier bien particulier, avec des touches par syllabes, et non par lettres.

Pourtant, il semblerait que la vélotypiste embauchée par l’Élysée ait eu du mal à suivre la cadence, et les internautes n’ont pas manqué de le relever sur les réseaux sociaux.

Twitter s’enflamme et réagit avec humour

Plusieurs fois, des propos incohérents sont apparus dans les sous-titres, comme la phrase : « La banque centrale a déjà aujourd’hui fait part joe sces quiéyeière ér ér ér ». Une perte de sang-froid ou de contrôle du clavier de la part de la vélotypiste, que certains ont soupçonné d’être une intelligence artificielle en plein bug.

Il n’en fallait pas moins aux Twittos pour reprendre avec humour cet incident technique. Nombreux sont ceux qui ont créé des mèmes que l’on retrouve désormais sur plusieurs réseaux sociaux. On a pu alors constater l’imagination débordante des internautes, ce qui permet de détendre l’atmosphère en cette période de crise.

Désormais, il ne reste plus qu’à espérer que la malheureuse vélotypiste se sera améliorée pour la prochaine allocution du président de la République.