Ce début d’année 2019 a été très mouvementé pour YouTube. La plateforme enchaîne les scandales et les réclamations de la part des créateurs de contenu qui se sentent étouffés par les nombreuses réclamations liées aux droits d’auteur. Dans sa lettre trimestrielle, Susan Wojcicki, CEO de YouTube, tente de rassurer. 

Les commentaires resteront désactivés sur
les vidéos montrant des mineurs

Dans sa lettre, Susan Wojcicki revient point par point sur les majeurs problèmes ayant frappé YouTube depuis ce début d’année 2019. Le début de sa prise de parole se porte sur la désactivation des commentaires sur les vidéos montrant des mineurs. La CEO de YouTube dit vouloir se « montrer à la hauteur des responsabilités de la plateforme » et maintient sa décision afin de « protéger les enfants ».

YouTube s’engage à soutenir ses créateurs

Dans la suite de sa lettre, Susan Wojcicki revient sur son engagement auprès des créateurs de contenu. Il ne vous aura sûrement pas échappé que ces derniers se retrouvent dans la tourmente depuis plusieurs mois, avec des vidéos constamment démonétisées pour cause de droits d’auteur (musique, GIF, extrait de film ou de série…).

La CEO explique comprendre la frustration des créateur et annonce des solutions. En effet, la plateforme travaille actuellement à une nouvelle version de Content ID, l’outil pour les titulaires des droits d’auteur, qui devrait être plus juste pour les différents partis mis en cause.

Elle a également annoncé la mise en place d’une charte plus détaillée permettant aux créateurs de contenu d’avoir une meilleure visibilité sur ce qu’ils peuvent publier ou non sur la plateforme, concernant les oeuvres soumises aux droits d’auteur.

Plus loin, Susan Wojcicki revient sur le problème de l’onglet « Tendances« . À l’heure actuelle, celui-ci comporte bien souvent des extraits d’émissions ou des bandes-annonces de blockbusters, mettant ainsi à l’écart les créateurs indépendants. Pour remédier à cela, l’Américaine s’engage à ce que prochainement, l’onglet Tendances se compose a minima de 50 % de contenus créés par des créateurs de contenu indépendants.

Enfin, la CEO précise également prendre très au sérieux les expériences de harcèlement rencontrées par les créateurs de contenu et nous suggèrent de restés attentifs aux prochaines mesures mises en place pour enrayer ce phénomène.

Retrouvez l’intégralité du post de Susan Wojcicki ici