Deux mois après la levée de fonds de 3 millions d’euros auprès d’Inter Invest, WOÔ accélère son développement technologique avec le rachat de Poulpe.

Agence spécialisée dans l’influence digitale et le social media, WOÔ se démarque par son expertise, ses campagnes créatives et son engagement éthique. Récemment, l’agence a réalisé une collecte de fonds de 3 millions d’euros auprès d’Inter Invest Capital. Elle profite alors de cette impulsion pour acquérir Poulpe, une start-up digitale de développeurs.

Pourquoi Pouple ? Car cette dernière accompagne WOÔ depuis de nombreuses années. Elle a notamment créé la plateforme de micro-influence YOÔ, ainsi que toutes les autres plateformes lancées par WOÔ. Elle a également accompagné l’agence dans la création du Barômètre de l’influence qui édite quotidiennement des statistiques sur l’influence.

Ce rachat va permettre à WOÔ d’offrir de nouvelles fonctionnalités à ses plateformes :

YOÔ DO (plateforme d’influence DIY lancée en octobre 2019)

– YOÔ Care (plateforme qui permet aux associations de bénéficier gratuitement de campagnes de micro et nano influence)

– VOÔ (plateforme de nano-influence)

« La croissance de l’agence a été extrêmement rapide. Nous sommes passés en 4 ans de 2 salariés à près de 70 aujourd’hui ! Cette nouvelle acquisition va nous permettre de poursuivre ce développement et d’offrir des plateformes encore plus performantes technologiquement. », déclare Agathe Nicolle, fondatrice de WOÔ.

Une volonté d’accélérer le développement à l’international

Le rachat de Poulpe a également pour objectif d’accompagner le développement à l’international de WOÔ. Cette dernière, qui a déjà ouvert des bureaux à Londres (en 2016), à Marseille (en 2018) et à Shanghai (en 2019), ambitionne de s’étendre à une quinzaine d’autres pays, dont la Chine d’ici 2022.

« Les premières ouvertures nous ont convaincus du potentiel de développement à l’international ! Notre objectif est d’être présent dans les principaux pays européens et de nous étendre en Chine où nous avons de bonnes perspectives de croissance. », poursuit Agathe Nicolle.