Des milliers de vidéos sont publiées chaque jour sur TikTok et beaucoup d’entre elles deviennent vite virales. Mais qu’en est-il des créateurs de contenus ? Les contenus TikTok sont-ils soumis au droit d’auteur ?

La vidéo TikTok qui a posé la question du droit d’auteur

Sur TikTok, on peut retrouver du contenu en tout genre : danse, chant, humour… Et il y a tellement de vidéos identiques qu’il devient difficile, voire impossible, de savoir qui en a eu l’idée en premier. En effet, la plupart des vidéos publiées sur la plateforme ne sont pas créditées, ce qui remet en question la problématique des droits d’auteur.

Fin 2019, une petite chorégraphie s’est mise à tourner sur TikTok : « Renegade« . Très vite, les utilisateurs ont repris cette danse. Même des célébrités comme Kourtney Kardashian ou Millie Bobby Brown (Stranger Things) se sont prêtées au jeu. Au total, la plateforme a recensé 1 milliard de vues avec le hashtag #Renegade.

@kirakosarinam I official a tik tok girl yet? ##Renegade♬ Lottery – K Camp

Sauf que la créatrice de ce mouvement n’a jamais été créditée sur aucune vidéo ! Après une enquête du New York Times, il s’avère qu’il s’agit d’une adolescente de 14 ans, un peu déçue de ne pas être reconnue pour sa création.

Pourquoi faut-il créditer les auteurs de vidéos ?

Une question d’éthique se pose lorsque vous refaites la danse d’un utilisateur sur TikTok. Quelqu’un a inventé cette chorégraphie et n’est pas crédité pour cela, cela s’apparente donc à du plagiat. Pour tenter de lutter contre cela, des membres de TikTok ont mis en place le hashtag #DC, pour « Dance Credit ». Mais celui-ci fonctionne uniquement selon le bon vouloir des inscrits…

Cependant, il n’y a pas que le problème de la morale qui est soulevé par ce vol de chorégraphies. Cela peut également priver le créateur d’un contenu viral d’opportunités professionnelles et commerciales.

Tout peut aller très vite sur TikTok, et c’est d’ailleurs ce que prouve l’histoire de Haley Sharpe, une jeune fille de 16 ans. Grâce à une danse postée sur son compte avec la musique Say So, elle a aujourd’hui intégré une série dédiée à la danse.

Pour le moment, la reconnaissance des droits d’auteur des créateurs de contenus repose donc sur le bon vouloir des utilisateurs. À voir comment les choses évoluent…