Snap Inc, l’entreprise à qui appartient l’application Snapchat et Bitmoji, a réalisé une étude sur l’amitié auprès de 10 000 personnes à travers le monde. Nous vous en dévoilons les résultats. 

Alors que Snapchat est le réseau social de l’éphémère, il s’intéresse également à l’amitié dans le temps. Dans une étude publiée le 25 juin, Snap Inc a étudié les habitudes de 10 000 personnes, âgées de 13 à 75 ans et habitant en France, en Angleterre, en Allemagne, en Australie, en Inde, en Malaisie et aux États-Unis.

Un classement du nombre de « meilleurs amis » Snapchat  (une fonctionnalité permettant de montrer les personnes avec qui vous échangez le plus sur la plateforme) par pays a notamment été établi. C’est l’Arabie Saoudite qui arrive en tête de ce classement avec un score de 6,6 et se sont les Britanniques qui arrivent en bas de ce classement avec 2,6. Les Français arrivent quant à eux en cinquième position avec 3,6. Un score en dessous de la moyenne de tous les pays étudiés qui s’élève à 4,3.

60 % des Français ne souhaitent avoir que quelques amis

L’âge moyen de rencontre des meilleurs amis en France se situe avant 20 ans, et 40 % des Français indiquent qu’une fois dans la vie active, ils préfèrent considérer leurs collègues comme des connaissances. De plus, 71 % d’hommes et 80 % des femmes n’arrivent pas à croire en l’amitié hommes-femmes.

Plus généralement, les gens préfèrent les rendez-vous physiques pour communiquer. Vient ensuite l’appel, puis les messages. Sans grande surprise, c’est Facebook qui perd du terrain, surtout auprès des plus jeunes, qui préfèrent aller sur Snapchat pour communiquer avec leurs amis proches.

Ainsi, 42 % des « Millenials » indiquent parler quotidiennement à leurs amis sur Snapchat, contre plus de 50 % pour la génération suivante, la « Z ». À l’inverse, plus de 50 % des « Millenials » discutent quotidiennement avec leurs amis sur Facebook alors que la « génération Z » n’est plus qu’à 43 %. Néanmoins, dans ces deux générations, 61% des interrogés indiquent souhaiter des voir des contenus multimédias car les photos et les vidéos permettraient selon eux de faire passer des messages plus facilement qu’avec des mots.