Il y a quatre ans, le site NoHomophobes a été créé en version anglaise par une institution canadienne : l’ISMSS (Institut d’études et de services pour les minorités sexuelles). Le docteur Kristopher Wells, qui est à l’origine de cette initiative, a mis en place ce site d’après un principe simple : compter en temps réel le nombre de fois où des propos homophobes sont utilisés sur Twitter, le tout en affichant les tweets en question. Le but étant de mettre en évidence l’utilisation de propos homophobes dans le langage courant. Les mots les plus tweetés sont : « Faggot » (tapette), « so gay » (tellement gay), « no homo » (pas d’homo), « dyke » (gouine).

Ce mardi 17 mai, journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, son homonyme français a été ouvert. A l’origine de cette version française du site se cache l’association française « Mousse » qui lutte depuis 16 ans contre les discriminations liées au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle.

« Blesser n’est pas toujours le but des propos homophobes, mais pourquoi les utiliser si souvent sans y penser ?« , telle est la devise du site.

Voici un aperçu du mur de la honte des homophobes :

nohomophobes influenth

Les chiffres grimpent et les tweets défilent :

nohomophobes influenth

Vous pouvez également avoir accès aux statistiques des propos homophobes tenus depuis la création du site, ou durant la semaine passée :

nohomophobes influenth

Les réactions sur Twitter ne se sont pas faites attendre, bon nombre de Twittos remercient déjà le site pour cette initiative :

S’il est bien triste qu’un tel site existe en 2016, on ne peut qu’applaudir cette très belle initiative, en ce jour dédié à la tolérance.