Alex Vizeo, influenceur et créateur de contenu spécialisé dans le voyage, a accepté de répondre à nos questions. Nous avons discuté de son changement de vie, de son métier, de ses motivations au quotidien, mais aussi de ses projets humanitaires. Découvrez sans plus attendre ce jeune homme qui a soif d’aventure et qui a choisi de se servir de sa passion pour faire bouger les choses.

Influenth – Bonjour Alex, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Dans un premier temps, peux-tu te présenter aux lecteurs d’Influenth ?

Alex – Bonjour, je suis Axel Vizeo et ma passion, c’est de donner à un maximum de gens l’envie de voyager, en leur montrant que c’est à la portée de tous. Pas besoin d’avoir de super pouvoir, d’être Mike Horn ou d’être super riche pour pouvoir le faire et c’est d’ailleurs pour ça que j’en ai fait mon métier.

Aujourd’hui, je suis influenceur voyage. À la base, tout est parti d’un tour du monde. J’ai posé ma démission et je suis parti réaliser mon grand rêve de faire le tour du monde pendant 1 an. C’est ensuite que j’ai créé mon blog et j’ai été récompensé meilleur blog de l’année ce qui m’a donné le déclic pour me lancer.

J’ai commencé cette aventure il y a 7 ans. Depuis 5 ans, j’en fais mon métier à pleins temps et j’ai aussi la chance de faire une émission de télé sur France 5 et de réaliser plein d’autres rêves.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le

Influenth – En 2010, tu as quitté la sécurité d’une vie de bureau pour réaliser ton rêve et faire le tour du monde. Qu’est ce qui t’a poussé à prendre cette décision ? As-tu eu des craintes à ce moment-là ? Si oui, lesquelles ? T’arrive-t-il de regretter ton ancien mode de vie ?

 Alex – On me demande souvent si je n’ai pas eu peur de partir seul, de quitter toute la sécurité d’un bon emploi, d’un appartement, d’une situation confortable, mais en fait, pas du tout. C’était une envie qui ne faisait que grandir en moi depuis des années, petit à petit depuis le premier jour. Le premier mois de salaire que j’ai reçu sur mon compte, je l’ai mis de côté pour économiser et réaliser ce rêve-là.

C’était une petite voix qui faisait que monter un peu plus chaque jour, un peu plus chaque année et à la fin, ça devenait un cri intérieur qui m’a poussé à réaliser ce rêve. C’est devenu évident pour moi de partir réaliser ce rêve-là. Et je pense que quand les choses deviennent une évidence en nous, qu’on y pense tout le temps et que ça devient une obsession, eh bien, il faut y aller ! À un moment, il n’y a plus de craintes. À partir du moment où on réussit à faire le premier pas, il suffit juste d’acheter son billet d’avion, monter dedans et après, le reste coule de source.

Évidemment, quand on me demande comment je vais faire pour ma retraite, car je ne cotise pas depuis 10 ans, je réponds que je crois aux licornes, mais que je ne crois pas aux légendes urbaines non plus. Je ne veux pas reposer mon futur entre les mains de quelqu’un d’autre ou de l’État. Je préfère me construire ma retraite à travers différents projets que je mettrai en place et me faire confiance à moi plutôt qu’un État ou une conjoncture qui peut totalement évoluer en l’espace de 30 ou 40 ans.

Je ne regrette absolument rien, au contraire ! Une vie d’emploi, une vie où il y a des situations à surmonter, des problèmes à affronter, une vie d’entrepreneur, de freelance, c’est une vie où l’on voit des opportunités. Chaque situation est une nouvelle aventure et ça, c’est très excitant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le


Influenth –Dans le même temps, tu as décidé d’ouvrir ton blog pour partager ton tour du monde, notamment à travers des vidéos. Quelles sont les raisons qui t’ont poussé, à ton retour, à faire de ta passion un métier ? Pourquoi as-tu choisi le format vidéo ? Avais-tu déjà des compétences dans ce domaine ou as-tu dû apprendre sur le tas ?

 Alex – Ce qui m’a clairement poussé à faire ce métier, au-delà du petit déclic que j’ai eu quand j’ai obtenu la récompense d’être le meilleur blog voyage de l’année, c’était de me dire que j’avais été au bout du schéma qu’on m’avait promis : avoir un bon emploi, être cadre, avoir un bel appartement. On m’a promis que c’est ça, qui ferait de moi quelqu’un d’heureux, parce que je pourrai me permettre de m’offrir des choses.

Sauf que je l’ai fait, je l’ai vécu ce modèle-là… Et je ne me suis jamais senti aussi vide. Par exemple, quand je vivais en Erasmus, je vivais avec peu de choses. Quand j’étais jeune étudiant et qu’il fallait se débrouiller, je devais lutter pour obtenir mes biens, je devais me battre avec le cœur, ça avait du sens. Donc je me suis dit que je préférai avoir une vie passionnée où je me bats pour obtenir les choses, plutôt que d’avoir une vie où je m’achète des choses régulièrement pour juste avoir une espèce de shot de plaisir très éphémère Je préfère vivre un style de vie plutôt que de me payer petit à petit des passions de temps en temps. Ça n’a vraiment pas été facile, mais c’est surtout qu’à un moment, tu as besoin de te prouver aussi des choses, d’être plus en correspondance avec ce qui t’animes.

J’ai choisi le format vidéo pour faire ce métier, pour me mettre sur le blog et l’influence car pour moi il n’y a pas meilleur moyen de transmettre des émotions, une atmosphère et surtout de montrer aux gens que c’est facile de voyager. Avec la vidéo, il est plus facile de leur dire : « Regardez, je suis là, en plein milieu de la Birmanie, il n’y a pas de fake, pas d’effets spéciaux, pas de cameraman. C’est à la portée de tous de voyager et je voulais montrer la facilité de ça ».

Je n’avais pas de compétences en la matière. Il y a 10 ans, quand j’ai commencé, il y avait très peu de tutoriels mais aujourd’hui, c’est tellement facile ! Tout est à disposition. Il faut seulement se bouger et sortir cette mentalité qui nous inculque qu’il faut faire des études, apprendre et faire.En fait la vraie vie, c’est d’apprendre et d’évoluer tous les jours, et c’est ça qui est extraordinaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le


Influenth – Cette année, tu as sorti sur ta chaîne YouTube un film d’une heure retraçant ton voyage engagé et humanitaire en Afrique. Comment est née l’envie de faire naître ce projet ? Qu’as-tu appris au travers de cette expérience ? Quels messages souhaitais-tu faire passer à tes abonnés à travers cette vidéo ?

 Alex – Quand on a la chance d’avoir un métier de rêve, de vivre de sa passion, il faut réussir à partager tout ça.  C’est pour cela que j’ai eu envie de faire quelque chose qui était plus grand que moi J’ai eu envie de rendre à la vie, à la société, quelque chose qu’elles m’avaient apporté et surtout, quelque chose de désintéressé.

Pour moi, ça s’est traduit par un engagement sur ce côté solidaire, de voyage, d’action, tout en montrant  que je n’y connaissais rien. Je n’avais jamais fait de projet humanitaire et je voulais juste prouver que chacun, à son échelle, pouvait faire quelque chose.

Jérôme Jarre a levé 2 millions, il a été aidé les Rohingyas, et moi, j’ai levé plusieurs milliers d’euros auprès d’un partenaire, d’une assurance qui a accepté de me suivre. J’ai aidé quelques projets à mon échelle, mais l’idée c’était de me dire que peu importe que ce soit en Afrique, en France dans ta ville, ton quartier ou ton immeuble, tu peux faire quelque chose.

D’ailleurs, à la suite de ce film, des followers ont monté des collectes de déchets par exemple, et c’était ça le but : agir. Il n’y a pas d’échelle de valeur. Si vous avez de l’influence ou que vous êtes quelqu’un de puissant, faites des grandes choses, si vous êtes quelqu’un de simple, faites quelque chose à votre échelle pour quelqu’un à côté de vous. C’est ça qui est important : ne pas rester passif parce que la solution elle ne viendra pas d’en haut, elle viendra d’en bas.

Le message que je veux faire passer, c’est le message de la fin du film : la plus belle des intentions ne sera jamais aussi forte et utile que la plus petite des actions

Influenth – En tant que globe-trotter, quels sont les conseils que tu pourrais donner à quelqu’un qui aimerait, comme toi, partir à l’aventure ?

Alex – Le plus important si on veut se lancer, c’est de savoir si on veut le faire par passion ou pour soi. Être hébergé gratuitement, avoir des billets d’avion gratuits ou être payé pour voyager ce n’est pas la bonne méthode, ce n’est pas le bon chemin.

J’ai commencé ce métier parce que j’avais cette passion, je l’ai fait pendant 3 ans sans gagner d’argent parce que ça me plaisait. Peu importe que ce soit du voyage, du fitness, de la couture… Quand tu es influenceur ou blogueur, c’est que tu partages une passion pour faciliter la vie des gens qui ont la même passion que toi. Si tu es bon dans le partage de cette passion, que tu es utile aux gens, ils vont commencer à t’écouter et vont commencer à se rassembler autour de toi et là, tu vas avoir une communauté qui devient intéressante et assez grande pour pouvoir potentiellement en faire ton métier.

Pour se lancer, il faut se dire que cette passion est assez grande pour que je veuille et puisse la faire sans gagner d’argent. C’est même un conseil d’un des hommes les plus riches du monde, Warren Buffett. Il faut choisir un métier qu’on serait prêt à faire gratuitement car à partir de là, on ne comptera pas ses heures et on fera des choses qui viennent du cœur, qui ont du sens, et on trouvera des idées qu’on n’aurait jamais trouvé si c’était juste pour l’argent.

À partir du moment où on trouve cette passion, il ne faut jamais avoir peur de se lancer. Il ne se passe rien si on fait que gamberger une idée, par contre elle avancera toujours si vous faites une petite action un petit peu tous les jours. Même si tu te plantes, tu avanceras toujours, alors que si tu ne fais que réfléchir, il ne se passera jamais rien.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Vizeo (@alexvizeo) le


Influenth – Quels sont tes meilleurs et tes pires souvenirs de voyages ? Qu’en retiens-tu ? Saurais-tu expliquer plus largement ce que t’apporte le voyage en général dans ta vie quotidienne ?

 Alex – Je pense que le voyage m’a appris trois grandes leçons que j’essaye de garder et d’appliquer au quotidien, même si ce n’est pas toujours facile parce qu’on se fait malheureusement happer parce ce qu’on a à faire, par l’empressement, le stress, les impératifs…

La première leçon est que si on arrive à se sentir bien en étant seul au milieu de nul part, et qu’on se sent tout aussi bien en étant au milieu d’une foule, entouré de milliers de personnes, alors là, on est heureux. La faculté d’être heureux avec soi-même et entouré de gens, c’est vraiment un critère qui définit pour moi le bonheur et qui m’indique que je me sens bien dans ma peau.

La deuxième leçon, c’est d’avoir réalisé que le moment le plus important de ma vie, il se passe maintenant, c’est celui que je suis en train de vivre. Et encore une fois, c’est très compliqué quand on revient dans sa vie de tous les jours, qu’on a des impératifs et des projets. Ça m’a aussi appris que la personne la plus importante dans ma vie, c’est celle que j’ai en face de moi, celle avec qui je suis en train de parler. Il faut être centré, focalisé, donner de l’importance aux gens. Si la vie me met quelqu’un sur mon chemin, je vais lui accorder au moins l’écoute qu’elle mérite.

La troisième grande leçon que j’ai apprise, c’est lorsque j’ai compris que je ne me sens jamais aussi heureux que quand je fais des choses pour les autres, et non pas pour moi. Quand on se dépasse, qu’on se teste, qu’on se challenge, c’est très centré sur soi et finalement, j’ai fini par ressentir les mêmes choses que lors de ma vie d’avant. Quand on déporte ces challenges sur les autres, pour aider des gens, pour accomplir des choses qui sont plus grandes que nous, ça nous procure une joie qui dure bien plus longtemps, un bien-être bien plus profond.

Finalement, les meilleurs souvenirs que j’ai, ce sont tout simplement les moments qui m’ont appris toutes ces leçons.

 

Alex Vizeo était à l’événement Influenth Stories Powered by Reech. Revivez l’intégralité de son talk inspirant à travers la vidéo ci-dessous.