Dans un billet intitulé Women’s Word publié sur son blog, Camille plus connue sous le pseudonyme de HolyCamille sur Instagram, pousse un coup de gueule inspirant. L’instagrameuse au plus de 76 000 abonnés souhaite insuffler un mouvement de solidarité entre les femmes.

Qu’il s’agisse de jalousie, de rivalité, ou juste d’esprits mal intentionnés, chaque femme qui s’expose un tant soit peu sur les réseaux sociaux a connu son petit lot de prises de bec, d’humiliations et de guerres froides 2.0. La violence psychologique des filles envers les filles est souvent négligée.
Camille constate froidement que la majorité des commentaires haineux publiés sur ses réseaux sociaux proviennent de femmes. « Quand je poste une photo un peu sexy 90% des remarques blessantes vont venir de femmes.«  Selon elle, le débat public se concentre sur les inégalités hommes/femmes alors même que ce sont les femmes qui se montrent particulièrement cruelles entre elles. « Plus que le combat que l’on mène contre les inégalités que nous subissons face aux hommes j’aimerais qu’on commence par apprendre à composer avec les autres, les autres femmes. » Avec beaucoup de bienveillance et la jolie plume qu’on lui connait, Camille souhaite nous faire prendre conscience des efforts qu’il reste à faire pour participer à un monde meilleur :  » J’aime celles qui s’assument et j’ai envie d’aider celles qui n’y arrivent pas. J’aime celles qui osent s’affranchir et je veux pousser celles qui sont en retrait par peur du regard des autres. J’aime celles qui ouvrent leur gueule et j’ai envie de donner un micro à celles dont les idées restent silencieuses. J’aime celles qui se battent tous les jours et je veux donner toute ma force à celles qui n’en ont plus. Aimez-vous les meufs bordel. Tout le reste viendra avec. »

Ses fidèles lecteurs semblent avoir été touchés par ses mots. En commentaire, Delphine dit mener le même combat : « J’ai 51 ans. J ai toujours vécu cela. Dommage. » Quant à Marielucille11, elle partage également son opinion et y va de son témoignage « Je suis prof d’eps et je vois et j’entends des choses détestable dans les vestiaires !!!! Je passe mon temps à dire aux nanas « on est toute faite avec des seins des fesses, alors on s’en fou que certaines puissent avoir le cul plus rebondi ou les jambes plus fines. »