Le FantaxYou 3 bat son plein ! Après vous avoir fait visité le Fanta Creative Space, nous vous emmenons aujourd’hui à la rencontre de deux jeunes créateurs, ainsi que des coachs McFly et Carlito, afin de vous en apprendre davantage sur les différentes épreuves créatives qui se sont déroulées ces dernières semaines. Au programme : créativité, ambassadeurs de renom et épreuves hautes en couleurs !

Trois sessions creatives pour départager les 14 participants

À l’occasion de cette troisième édition du FantaxYou, les 14 jeunes créateurs qui sont divisés en 4 équipes, ont dû s’affronter lors de trois sessions créatives, chacune d’entre elles étant portée par trois ambassadeurs de renom : Ludovik, Gims et Norman.

Ainsi, Ludovik a mis au défi les jeunes créateurs de réaliser une vidéo au format court. Gims, quant à lui, leur a demandé de réaliser un clip. Enfin, la troisième et dernière session créative qui est portée par Norman, se déroulera en septembre et demandera aux jeunes créateurs de réaliser un court-métrage sur le thème d’Halloween.

Tout au long de ces sessions créatives, les jeunes talents sont accompagnés à travers des masterclass afin d’apprendre tous les rouages et les techniques qui leur permettront de produire le meilleur contenu possible et ainsi remporter les défis imposés. Les participants ont, par exemple, pu assister à un cours de réalisation prodigué par Theodore Bonnet et un cours d’écriture tenu par Julien Josselin. Ils sont également soutenus par leur coach qui les aiguillent dans leurs idées et les aident à les faire évoluer au maximum de leurs capacités.

Gims et les jeunes créateurs du FantaXYou3 – © Laura Gilli

Afin d’en savoir plus sur le déroulé de ces sessions, nous nous sommes entretenus avec deux jeunes créateurs qui participent à cette troisième édition du FantaXYou. Ainsi, Mathis, 20 ans, originaire du sud-ouest de la France et appartenant à l’équipe d’Amixem, ainsi que Jordan, 26 ans, originaire de Lille et appartenant à l’équipe Natoo, nous ont partagé leur point de vue sur cette expérience unique.

Dans un premier temps, l’un et l’autre sont revenus sur les raisons qui les ont poussés à participer à cette expérience, sur leur vidéo de participation, ainsi que sur leur réaction lorsqu’ils ont appris qu’ils étaient sélectionnés.

Mathis, Team Amixem – L’année dernière j’ai voulu participer à la saison 2 mais malheureusement, je n’ai pas été sélectionné. Je me suis alors dit que je retenterai à nouveau ma chance l’année suivante, et c’est ce que j’ai fait. J’ai vu l’appel à participation d’Amixem et j’ai été l’un des premiers à avoir posté ma vidéo pour le FantaxYou3… Et ça a marché !

Ma vidéo était un rap troll sur Amixem car c’est un YouTubeur que j’apprécie, que je regarde souvent, ses vidéos sont assez variées, son personnage me plaît… Je n’ai pas eu trop de difficulté à trouver l’inspiration.

Lorsque que j’ai appris que j’étais sélectionné, je venais de me réveiller, j’ai vu le mail et j’ai couru partout… J’étais trop content ! Je ne pensais pas être pris, même si j’avais fait une vidéo qui avait plutôt bien marché et qui avait fait beaucoup de vues. Alors, quand j’ai vu le mail m’annonçant que j’avais été sélectionné, c’était juste incroyable.

Jordan, Team Natoo – J’avais suivi d’assez près la saison précédente de FantaxYou. Je voulais participer mais je me disais que ce n’était pas pour moi, que je n’avais pas encore les épaules pour le faire, j’avais peur, j’appréhendais, et quand je voyais les autres vidéos de participation, je me disais que je n’arriverai jamais à faire aussi bien, j’avais l’impression de ne pas être légitime. Et puis un an s’est écoulé entre la saison 2 et la saison 3… Je me suis dit « Allez, je me lance » ! Je m’étais un peu plus développé sur Instagram avec mes parodies, et l’aspect co-création en équipe, tout en étant entouré par des coachs comme Natoo qui est une personne qui m’inspire énormément, m’ont poussé à participer.

L’idée de ma vidéo, je l’avais depuis un moment. Je voulais faire une parodie de l’émission « Star à domicile » car c’était mon divertissement préféré quand j’étais petit. Je voulais vraiment recréer ce malaise que l’on pouvait éprouver en regardant l’émission… Le concept était donc de faire un « Fanta à Domicile« . J’ai joué le rôle d’un personnage qui avait toujours adulé Fanta et sa reine ambassadrice, Natoo, sans jamais n’avoir osé goûter à la boisson.

Quand j’ai appris ma sélection, j’étais au travail, en réunion, je suis devenu complètement fou, j’ai perdu pied. Je tremblais, j’étais hors de contrôle !

Une fois sélectionnés, les participants ont été invités à Paris afin de rencontrer les membres de leur équipe et leur coach, mais aussi pour découvrir le Fanta Creative Space. C’est dans ce lieu exceptionnel que les jeunes créateurs ont pu apprendre, grâce à des masterclass dirigées par des experts, et laisser libre cours à leur imagination pour réaliser les défis imposés par les trois ambassadeurs de cette nouvelle édition.

Nous avons voulu en savoir plus quant à l’entente au sein des équipes lors des sessions créatives : comment les candidats s’organisent-ils pour faire en sorte que les idées de chacun soient entendues et comment les coachs interviennent-ils pour les aider ?

Mathis, Team Amixem – L’équipe est juste géniale, on est vraiment une famille. Pour trouver des idées et pour réaliser des vidéos tous les trois, c’est assez simple : on va chacun de son côté, on écrit un speech qui nous parait convenable. Ensuite, on se réunit tous ensemble et on débat sur ce que l’on peut prendre chez l’un chez et l’autre pour créer une idée générale.

Pour la première session par exemple, Amixem nous a donné quelques idées de base, que nous avons prises en compte. On a débattu avec lui et ensuite, quand on s’est retrouvé juste entre nous, on s’est dit qu’on allait garder l’idée du coach, mais en y ajoutant notre personnalité et ça a très bien fonctionné.

L’équipe Amixem – © Laura Gilli

Jordan, Team Natoo – Dans notre équipe, on fait tous des choses très différentes. Certains sont plus dans l’acting, d’autres dans la réalisation, et ça, c’est vraiment bénéfique pour la compétition. On est à la fois très complémentaires et très différents. Parfois, nous n’avions pas le même avis mais tout finissait toujours par s’arranger !

Nous avons également eu de la chance car Natoo était très présente, que ce soit physiquement ou même par message. Sur la session 2, par exemple, le but était de faire un clip pour habiller la chanson « Le prix à payer » de Gims. Nous voulions créer une vidéo dans laquelle une personne passait de porte en porte pour voir ses souvenirs. Mais Natoo n’a pas aimé car elle estimait que l’idée était trop classique, déjà vue. Elle nous a donc proposé le même concept, en remplaçant les portes par des ballons. C’est comme ça qu’on travaille avec elle : on donne une idée, des pistes, et elle y ajoute sa touche pour rendre pousser le concept à son maximum.

Gims avec l’équipe Natoo – © Laura Gilli

Nous avons ensuite demandé à nos deux jeunes créateurs ce qu’ils avaient appris depuis le début de cette expérience et quels conseils ils donneraient à un jeune créateur qui souhaiterait se lancer, comme eux, dans l’aventure FantaxYou ?

Mathis, Team Amixem – Faites ce que vous aimez, c’est le plus important ! Et surtout, n’écoutez pas ce que disent les autres sur vous, car cela peut avoir tendance à vous faire reculer. Il faut foncer, toujours garder l’objectif devant soi et ne jamais baisser les bras. FantaxYou, c’est vraiment une aventure magnifique. Les gens qu’on rencontre à travers cette expérience, on ne pourrait pas rencontrer sans ça, c’est juste fou. Ça m’a appris aussi énormément en terme de réalisation et d’écriture de scénario. C’est comme une école gratuite et tout le monde n’a pas la chance d’aller dans des écoles d’audiovisuelle, donc c’est juste top.

Jordan, Team Natoo – Si j’ai un conseil à donner à un jeune créateur, c’est de ne jamais douter de soi. Il faut prendre des risques et peut-être qu’à un moment donné, ça va décoller. Cette expérience m’a appris que je pouvais beaucoup plus me libérer dans ma créativité à travers les autres et c’est hyper cool de se dire que la création, c’est collectif aussi.

L’équipe Natoo – © Laura Gilli

Nous nous sommes également entretenus avec McFly et Carlito, deux des coachs emblématiques de cette troisième saison. Ensemble, ils sont à la tête d’une équipe composée de 4 candidats : deux en solo, et deux autres qui forment un duo.

Rencontre avec les coachs McFly et Carlito

McFly et Carlito – © Laura Gilli

Bonjour Mcfly et Carlito, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Dans un premier temps, pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez accepté de rejoindre le FantaxYou3 en tant que coach ? 

Carlito : On a participé à la saison deux, ça s’est très bien passé. Il y avait quelques petits hics d’organisation, mais le potentiel était énorme. Sur cette troisième saison, les équipes de Fanta se sont vraiment concentrées sur l’artistique et la technique, et ça nous a branchés. Ils nous ont écoutés, ils ont respecté notre avis, et c’est encore plus excitant cette année je trouve !

McFly : Recevoir plein de vidéos, voir un peu ce qu’il y a comme niveau sur Internet, découvrir des talents qu’on ne voit jamais… C’est quand même très excitant et cool de voir tout ça. Tu te dis que tu peux donner un coup de main, et ça donne du sens aussi à ce qu’on fait.

Pouvez-vous nous présenter les membres de votre équipe ? Comment se passe l’entente entre eux ?

 McFly : Normalement chaque équipe est composée de trois individus, mais on a eu la chance et le droit d’avoir une dérogation car nous sommes un duo. Dans notre équipe, nous avons quatre personnes mais qui n’en valent que trois.

Le duo nous a particulièrement touchés : ce sont deux jeunes filles qui ont 18 ans et qui passent le bac cette année (comme nous d’ailleurs). Elles sont hyper solaires, drôles, elles tentent des choses, des caméras cachées, des gags un peu absurdes.

Carlito : Pour leur vidéo de sélection, elles faisaient des blagues dans leur lycée… Ça nous a vraiment rappelé nous, à leur âge. Elles faisaient des gags aves des poubelles, elles mettaient des perruques à l’arrache, devant tout le monde… C’est ce qui nous a touchés très fort. Leur duo s’appelle « Un simple duo ».

Mcfly : Ensuite, nous avons Yanis qui s’appelle aussi The Wingzer et qui lui, est carrément vidéaste, mais qui est malheureusement trop peu suivi. Il fait du super travail en réalisation, en effets spéciaux. C’était sa deuxième participation. L’année dernière, on avait failli le prendre. Cette année, on s’est dit qu’il y avait vraiment un truc chez lui, qu’il fallait qu’on le prenne.

Carlito : C’est pareil pour Raffale, le troisième membre de notre équipe, on a adoré sa vidéo l’année dernière et là, cette année, on s’est dit qu’il fallait qu’on le prenne. Il est vraiment fort ! Il a déjà le sens du montage, du rythme et du découpage.

Comment se passe l’entente au sein de votre équipe ? Avez-vous pensé à la synergie qu’il pouvait y avoir entre chaque membre comme critère de sélection ?

Carlito : Les univers de nos trois candidats sont vraiment différents, c’est très éclectique, mais ça se passe super bien. Lors de la sélection, on n’a pas vraiment pensé au fait qu’ils puissent s’entendre ou non, on espérait seulement que ça serait  le cas.

McFly : Même quand on n’était pas là, ils s’écoutaient bien, chacun apportait quelque chose. Les filles apportaient la fraîcheur, Raffale apportait de bonnes idées et un bon jeu d’acteur, et Yanis avait déjà un très bon niveau en réalisation. Il y avait une très bonne cohérence dans l’équipe. Les voir travailler ensemble, c’était l’un des points les plus satisfaisant, ça fusait, il y avait des idées.

Le Team McFly et Carlito – © Laura Gilli

Comment les avez-vous sélectionnés ? Quels sont les points forts et les points faibles de votre équipe ? En tant que coach, avez-vous rencontré des difficultés particulières ? Si oui, lesquelles ?

 Carlito : Nous avons reçu des centaines de vidéos. Notre équipe a fait une première pré-sélection parce que parmi toutes celles qui avaient été postées, une bonne moitié consistait en des vidéos où des gens ne respectaient pas le défi. Ils ne montraient pas leur personnalité ou n’avaient pas vraiment travailler. Parfois même, ni l’un, ni l’autre. En revanche, comme Mcfly l’a précisé précédemment, quand tu sens qu’il y a quelque chose de spécial dans une vidéo, là, c’est hyper excitant.

 Mcfly : Les points forts de notre équipe : la jeunesse, l’envie de tout donner, de se dépasser. Ils n’ont même pas envie de dormir, mais seulement de travailler toute la nuit pour se donner à fond.

Carlito : Les points faibles : le manque d’expérience, mais surtout, le manque de communication. Mais ce n’est pas de leur faute, c’est un défaut de l’âge. Tu crois être clair, tu penses que tout le monde te comprend, mais c’est complètement faux. Les phrases ne sont pas complètes, les mots ne sont pas techniques. Mais avec cette expérience, ils ont déjà commencé à apprendre du lexique par exemple.

Mcfly : Cette année, nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières. L’année précédente non plus, mais là, vraiment, tout roulait plutôt bien.

Comment arrivez-vous à conjuguer vos activités professionnelles et personnelles à votre rôle de Coach ?

 Carlito : En fait, on a 32 ans tous les deux ,et on a surtout une double vie, on a des jumeaux chacun, des clones.

McFly : Non, non c’est faux, on précise ! En réalité, c’est une grosse organisation : les enfants, la vie privée, le bac qui s’est ajouté…

Carlito : Heureusement, nous sommes bien entourés. Nous avons une grande équipe qui nous aide à nous organiser.

Comment aidez-vous votre équipe au quotidien ? Quelles procédures avez-vous mis en place ?

McFly : On fait exprès de ne pas être là tout le temps, parce qu’on n’est pas dans l’équipe. L’idée, c’est de faire en sorte à ce qu’ils arrivent à se débrouiller seuls. Nous, on arrive à des moments clés : quand ils ont l’idée au début, puis au milieu de parcours, et à la fin.

On leur envoie un maximum d’informations, on les aide pour trouver des contacts lorsqu’ils en ont besoin. On leur donne un peu de notre savoir-faire. Nous les avons emmené une fois avec nous, pour leur montrer comment se passait un tournage, comment se débrouiller pour avoir ce que l’on veut, même si ça paraît compliqué. Finalement, on leur a montré qu’il ne fallait jamais lâcher. On les accompagne, mais on ne peut pas faire le travail à leur place.

Carlito : On leur dit quand c’est confus, quand c’est bien aussi, évidemment. Sur notre conversation de groupe, on communique énormément.

À l’heure actuelle, avez-vous une petite idée de la personne qui pourrait remporter cette 3ème édition du FantaxYou ? Quelles sont les qualités nécessaires que doit avoir le “Top créateur” ?

McFly : Aujourd’hui, on a sélectionné notre gagnant, le finaliste de notre équipe : Yanis, alias The Wingzer. Évidemment, on a envie qu’il gagne et on pense sincèrement qu’il a tout ce qu’il faut pour y arriver.

Carlito : On a déjà croisé des gens sur notre route qui se prétendent artistes ou comédiens, mais qui lésinent un peu la technique… Ce n’est pas le cas de Yanis. Ça, c’est vraiment un bon point. Pour un créateur, je pense qu’il faut qu’il y ait un vrai équilibre entre artistique et technique. Il y a aussi cette petite chose en plus qui ne s’explique pas, quelque chose dans le charisme ou l’aura… Et Yanis a ça aussi.

 Si une 4ème édition est organisée, seriez-vous prêts à retenter l’expérience ?

 Carlito : Si ça se fait encore dans des conditions de respect de l’audiovisuel, franchement, oui.

Mcfly : Si ça se passe comme cette année, carrément ! C’est tellement cool.

McFly et Carlito – © Laura Gilli

FantaXYou3, la créativité au coeur de l’expérience

Cette troisième édition du FantaXYou s’est illustrée par ses défis hauts en couleurs qui ont permis aux jeunes talents de redoubler de créativité. Grâce à eux, les participants ont également pu profiter de masterclass inédites et formatrices, en étant aidés et aiguillés par des professionnels et des créateurs de contenus confirmés. Sans aucun doute, cette expérience leur servira pour la suite de leurs ambitions dans l’audiovisuel.

Désormais, il ne reste qu’une seule session créative à passer : celle de Norman. C’est suite à celle-ci que le grand gagnant de cette troisième édition sera choisi. Il remportera alors un an de contrat chez Talent Web pour produire ses vidéos et ainsi propulser sa carrière de créateur de contenu.