Cette année, INFLUENTH, premier magazine sur l’influence marketing, publie les avis des experts concernant les tendances majeures du secteur de l’influence digitale. Ces tendances viennent compléter la veille sectorielle que nous réalisons quotidiennement sur ce secteur en fort développement et mutation. Nous avons donné la parole à des spécialistes, présentant des profils et des expériences variés : influenceurs, consultants, directeurs d’agence, marketeurs ou encore conférenciers. Découvrez les tendances de l’influence marketing en 2020.

Mathieu Flaig

Mathieu Flaig,
Directeur Général chez SYSK 

La schizophrénie du like en 2020 : d’Instagram à TikTok 

Il n’aura échappé à personne que Facebook et Instagram travaillent peu à peu à la disparition des likes. Cette dernière se fait sous couvert de la protection mentale des plus jeunes et de ses utilisateurs au global, mais cache aussi d’autres réalités.

A priori, le fait de retirer les chiffres inciterait à poster plus et sans pression, à l’instar d’un réseau comme Snapchat, ou dans la logique des Stories mises en place désormais sur Facebook et Instagram. Mais ces derniers semblent aussi vouloir reprendre la main sur la relation marques/influenceurs, en mettant en place une plateforme dédiée à ce sujet.

Mais là où les likes disparaissent, un réseau social comme TikTok fait, quant à lui, exploser l’engagement et le recrutement de communautés. Cette manière de nourrir l’ego des plus jeunes, alliée à une interface pointue et à une nouvelle façon de communiquer (TikTok se base davantage sur la mise en scène des individus que sur le partage traditionnel de contenus) pourrait faire beaucoup de mal à Instagram (et cela a déjà commencé). On observe aussi de nombreux YouTubeurs et Instagrameurs se lancer sur TikTok, avec des succès réels. Instagram a réussi par le passé à contrer Snapchat et à fidéliser marques et influenceurs. La plateforme saura-t-elle contrer TikTok tout en assumant ses choix ? Réponse fin 2020 !

Yannick Pons

Yannick Pons,
Creative Strategist chez Reech

La convergence de l’influence marketing et du social media

Les métiers du social media animent des communautés, ceux de l’Influence marketing en créent ! La convergence des activités commence à se constater, notamment à travers ce que l’on appelle le « content studio« . Il s’agit, pour les marques, de confier la production de contenus sur les réseaux sociaux à ceux qui les connaissent le mieux : les influenceurs. Pour aller plus loin dans cette convergence, certaines marques laissent ces créateurs de contenu aux manettes de l’animation de leurs comptes sociaux : depuis la définition d’une ligne éditoriale jusqu’aux interactions avec l’audience. En somme, il s’agit de laisser des influenceurs fitness animer les communautés de salle de sport, par exemple. 

Dans cette lignée, la sponsorisation (qui permet de booster les impressions), déjà coutume aux US, gagnera du terrain. Aujourd’hui, un influenceur est un créateur et un diffuseur de contenu. S’il est impossible de connaître le « coût » exact de chacune de ces deux actions, il est évident que plus le contenu est diffusé, plus on capitalise sur le coût de sa création. Il s’agit alors de déterminer s’il est mieux de sponsoriser le contenu de la marque ou celui de l’influenceur. Cela repose la question de la convergence social media et Influence marketing.

Agathe Nicolle

Agathe Nicolle,
Fondatrice de WOÔ L’atelier des Influences digitales 

La principale tendance pour le marketing d’influence en 2020 sera l’éthique !

L’année 2020 marquera un tournant dans le monde du marketing d’influence. Jusqu’ici, les internautes avaient une confiance aveugle envers les influenceurs, mais, depuis quelques mois, la tendance s’inverse. Les communautés sont de plus en plus réticentes à l’égard des publications des influenceurs. Ce mouvement peut s’observer, entre autres, à travers la baisse du reach et du taux d’engagement des macro-influenceurs. Ce phénomène s’explique notamment par le sentiment de trahison ressenti par des followers exposés à un manque de transparence, des publications douteuses – comme celles prônant du dropshipping – ou des recommandations de produits de mauvaises qualités. Pour éviter cela, les marques ont un recours croissant aux micro-influenceurs, jugés plus authentiques dans leurs campagnes d’influence. 

Afin d’éviter ces dérives et de pérenniser la professionnalisation de l’influence, l’année 2020 sera marquée par un regain d’éthique dans les pratiques de ces stars des réseaux sociaux. Les influenceurs retrouveront une authenticité en abordant des sujets sur lesquels ils sont légitimes. Ils gagneront en transparence en précisant lorsque les publications sont sponsorisées. Enfin, ils retrouveront un équilibre entre ces dernières et les posts organiques. 

Avec WOÔ, nous sommes pionniers dans l’influence éthique en imposant la signature de la charte éthique du marketing d’influence à toutes ses parties prenantes (marques, agences, influenceurs). Fin mars, nous organisons également, en collaboration avec une école d’ingénieurs et une école de commerce, une journée de conférences ouvertes à tous autour de la question de l’éthique des pratiques numériques

 

Stéphane Bouillet

Stéphane Bouillet,
Fondateur Influence 4 You

Industrialisation et créativité… sans contradiction !

Le marché de l’influence marketing arrive clairement à maturité en 2020 et on assistera à 2 tendances qui ont l’air contradictoires, mais qui sont en fait complémentaires : une industrialisation (des process) et un accroissement de la créativité (des campagnes).

– Industrialisation : les annonceurs veulent ET des campagnes efficaces et moins chronophages ET des influenceurs de plus en plus ciblés (et notamment des micro-influenceurs). Le faire sans outil est suicidaire, car oui, l’influence prend du temps. C’est pour cela que les annonceurs et les agences voudront de plus en plus s’outiller pour les tâches à faible valeur ajoutée comme le ciblage et stats des influenceurs avec identification des fakes, dépôt des briefs et contractualisation, envoi des produits, gestion des relances, réalisation des reportings d’impact, paiement des influenceurs… Bref, c’est la fin du marketing d’influence « à la main » pour rentrer dans une ère industrielle et professionnelle. On veut des campagnes faciles avec des mesures et sans risquer les fakes !

– Créativité : les campagnes d’influence qui marchaient en 2016 ne fonctionneront plus en 2020. Les communautés des influenceurs veulent ET de la nouveauté ET du sens. Les marques doivent faire des briefs efficaces, simples tout en demandant aux influenceurs d’être créatifs et d’apporter des choses nouvelles. Aux marques alors d’être vigilantes sur le fait que les propositions créatives servent leurs besoins de communication et plaisent aux communautés des influenceurs.

En gagnant du temps avec des process plus industriels et outillés, les marques pourront ainsi passer plus de temps sur la créativité et surtout le contact avec les influenceurs. Bref, l’outil sera au service du plus humain. Il ne faut pas opposer ces deux notions, car elles sont complémentaires.

 

Josh Roa

Josh Roa,
Directeur Talents & Production Sudio71 – TF1

Authenticité & Créativité 

Le marché de l’influence va continuer à mûrir en 2020 et évoluer vers des collaborations sur du plus long terme et/ou exclusives entre les marques et influenceurs. Les annonceurs devront abandonner une partie du contrôle créatif et faire davantage confiance aux talents afin de renforcer l’authenticité des collaborations et les rendre plus performantes.

Prenons l’exemple du partenariat réussi en 2019 avec l’application de mode 21Buttons intégrée dans la fiction Youtube d’Emy Ltr produite par Studio71 et intitulée « Perfect Love 2 ».

Résultat ? 15 000 téléchargements de l’application et 1,2 million de vues sur la vidéo en seulement 48 h. Il s’agit de la meilleure performance de l’année 2019 pour 21Buttons en France.

On constate également que les marques en ont assez des partenariats « clichés » de créateurs posant avec des produits sans réel storytelling. Les consommateurs sont en quête d’authenticité auprès des influenceurs. En résumé, la créativité et l’authenticité occuperont une place majeure dans les partenariats à venir en 2020.

 

 

Camille Jourdain

Camille Jourdain,
Consultant Influence Marketing – camillejourdain.fr

Les Influenceurs BtoB… entre expertise et expérience

Déjà bien présents dans les stratégies des marques qui ciblent les professionnels, les influenceurs BtoB gagneront encore du terrain en 2020. Ces leaders d’opinion nouvelle génération possèdent la faculté de modifier les comportements et les sentiments perçus envers une marque. Ils sont reconnus comme des experts, disposent d’une crédibilité certaine et d’une véritable influence sur leur écosystème. Qu’il s’agisse de journalistes qui écrivent sur des sites à forte audience, de blogueurs qui prennent régulièrement la parole sur leur propre blog, de professionnels qui parlent dans des podcasts ou de simples utilisateurs des réseaux sociaux, les influenceurs BtoB ont une bonne expérience dans le domaine sur lequel ils se positionnent. De plus en plus, les marques vont les solliciter pour atteindre leurs objectifs en créant des contenus uniques, authentiques, engageants et pensés spécifiquement pour eux.

Les influenceurs BtoB publient traditionnellement des contenus sous forme de texte, photo ou même vidéo, sur des réseaux sociaux sur lesquels ils partagent habituellement leur expérience. Les réseaux sociaux préférés des influenceurs BtoB sont ceux utilisés par les professionnels, LinkedIn et Twitter. Notons que certaines pratiques émergent comme le Livetweet pour faire rayonner des événements ou le Social Commerce pour générer des leads.

Focalisons-nous sur Twitter, la plateforme utilisée pour être immédiatement au courant des dernières actualités et partager des contenus en temps réel. Pour offrir une expérience unique et personnalisée à leur cible, les influenceurs BtoB privilégient 3 types de contenus particulièrement efficaces :

contenus durables (guides de formation, e-books, études de cas, tutoriels, podcasts ou interviews)

infographies (création et partage de découvertes ou de chiffres)

visuels animés (gifs ou animations)

Cyril Attias

Cyril Attias,
Fondateur agencedesmediassociaux.com

Les enjeux pour 2020 sont multiples

1- L’année du marketing d’influence sur mesure

Les marques ont dépassé le stade des « campagnes medias ». Elles veulent désormais des campagnes sur mesure avec des interprétations uniques de la part des influenceurs à l’inverse des briefs copier/coller transmis en masse à des mailing list d’influenceurs ou via des outils (souvent par méconnaissance des agences d’influence marketing).

2- Le marketing d’influence sera humain

Les relations avec les influenceurs (marques/agences/influenceurs) vont de plus en plus se faire en confiance via des rencontres physiques. Les plateformes d’intermédiations vont disparaître.

3- L’influence marketing sera responsable 

Les influenceurs devront faire des choix (de marques, de causes…) ! Ils ne peuvent plus passer d’une marque de parfums à une autre d’un claquement de doigts. La règle à suivre : 10 marques maximum par influenceur.

4- Video is King

Les influenceurs et les marques devront “upgrader” le produit créatif pour émerger. Le rôle des agences d’influence sera alors clé dans ce processus. La premiumisation de la vidéo passera par elles.

5- Tiktok va grandir

Pour permettre aux marques d’évoluer dans un environnement safe, TikTok va devoir se mettre en conformité : modération des contenus, filtrage des users… Les influenceurs exploreront cette plateforme comme levier de recrutement vers des plateformes plus matures (Instagram ou Youtube).

Marylin Montoya

Marylin Montoya,
CMO chez Hivency 

L’émergence du customer advocacy et l’évolution de la tendance des micros et nano-influenceurs

La stratégie de marketing d’influence va, cette année, se transformer au service des clients. En effet, les consommateurs et les marques désirent plus d’authenticité pour 2020. Pour cela, ces dernières vont davantage collaborer avec les micro-influenceurs et nano-influenceurs. Véritables porte-paroles de confiance aux yeux des consommateurs, ces créateurs de contenu sont un avantage indéniable pour les marques.

D’après une étude 2019 de Hivency, les influenceurs ayant moins de 100 000 abonnés, collaborent davantage avec des marques qui leur plaisent :

– 23 % des influenceurs Web ayant plus de 100 000 abonnés travaillent parfois avec des marques qui ne leur plaisent pas.

– 7 % des influenceurs de moins de 100 000 abonnés travaillent parfois avec des marques qui ne leur plaisent pas.

À moins de 100 000 abonnés, les influenceurs sont donc plus en phase avec les marques et produits qu’ils présentent à leur communauté.

Si lors de la phase d’achat, les consommateurs découvrent des produits grâce aux influenceurs sur les réseaux sociaux, ils se renseignent principalement auprès d’autres consommateurs de la marque avant de procéder à l’acte d’achat. C’est pourquoi, les marques vont aussi être de plus en plus nombreuses à collaborer avec leurs clients et les transformer en ambassadeurs de marque. Ces clients se verront récompenser pour leur fidélité et leur engagement via des produits gratuits à tester et une visibilité sur les réseaux sociaux de la marque. De plus, certains clients peuvent également être des influenceurs, ce qui est un plus.

Aujourd’hui, la combinaison gagnante est donc de travailler à la fois avec des micros et nano-influenceurs ainsi que des consommateurs. Grâce à ces nouveaux ambassadeurs et à leurs avis/témoignages, les marques vont pouvoir répondre à leurs divers objectifs.

Nicolas Kern

Nicolas Kern,
1er Coach Instagram en France – nicolas-kern.fr

La tendance de l’influenceur entrepreneur

Conscients de leur impact business, les créateurs de contenu sont de plus en plus nombreux à être tentés par l’aventure entrepreneuriale. S’astreindre des marques, renforcer le lien qu’ils entretiennent avec leur communauté, développer une nouvelle source de revenus, les intérêts sont multiples ! Mais ce qui les motive profondément est sans nul doute le contrôle complet de l’expérience utilisateur de l’abonné qui leur a donné sa confiance.

Les créateurs de contenu ont déjà les connaissances en web, en marketing, ils connaissent leur audience et leurs besoins. Qu’est-ce qui pourrait bien leur manquer ? En monétisant soi-même son audience, au travers d’offres ou de services, l’influenceur prolonge et amplifie “l’expérience follower” ! Des recettes avancées pour les abonnés d’un blogueur food aux conseils relooking pour les followers d’une jeune influenceuse lifestyle, le panel est large, prometteur et surtout sur-mesure !

Ce n’est pas pour autant que l’histoire d’amour marque/influenceur se terminera en 2020, loin de là ! Les créateurs de contenu, sont depuis leur apparition, des slashers : créateurs de contenu, photographes, ambassadeurs, consultants, freelance… Ils ont (et auront!) toujours plus d’une corde à leur arc. 

À nous de nous intégrer intelligemment et stratégiquement dans ce nouveau paradigme pour continuer à créer des synergies avec eux !

Sarah Levin

Sarah Levin Weinberg,
Co-founder and CMO Stellar 

L’importance des technologies/plateformes pour la mesure et la prédiction des succès de campagnes

2020 marquera l’augmentation des investissements dans les plateformes de marketing d’influence, dont le nombre a considérablement augmenté en 2019. Avec les budgets considérables que les marques consacrent au marketing d’influence et le risque permanent de fraude à l’influence qui plane notamment sur Instagram, les annonceurs ne peuvent plus se tromper dans le choix de leurs ambassadeurs. Elles doivent impérativement justifier chaque centime dépensé pour leurs campagnes.

Seules les plateformes avec leur éventail de “datas” disponibles permettent, précisément et en temps réel, d’identifier les influenceurs pertinents et authentiques ainsi que de mesurer, et in fine d’améliorer, leur ROI. Avec l’évolution des technologies et notamment l’intégration croissante de l’AI, il est déjà possible de mieux détecter les faux abonnés et engagements d’un influenceur. Il est également possible de prédire et de détailler le succès ou l’échec d’une campagne – avec l’accès aux résultats, non seulement en matière d’engagements, mais aussi de conversions réelles (trafic, ventes) et de réactions des audiences touchées (commentaires et sentiments).

Qu’elles soient utilisées par les marques ou leurs agences, les plateformes seront incontournables en 2020 et évolueront avec les besoins des marketeurs ainsi que l’émergence des nouveaux réseaux sociaux.