Depuis quelques jours, la quasi-totalité des membres du collectif de Youtubeurs ont annoncé quitter la chaîne Trash. Retour sur ces départs soudains !

Si vous ne connaissez pas Trash, il s’agit d’un collectif de six Youtubeurs passionnés qui traitent de sujets divers comme Internet, les jeux vidéo, la science, le cinéma, les comics… Grâce à ses contenus complets et son montage efficace, la chaîne connaît une ascension phénoménale. Mais alors que Trash culmine à 1,75 million d’abonnés, les vidéastes quittent un à un le collectif. Une nouvelle surprenante à tel point que « Je quitte Trash » est devenu une tendance top tweet. Mais alors, que se passe-t-il réellement ?

Le collectif Trash, une success story à la dérive

Le collectif Trash existe depuis février 2015. S’ils étaient à l’origine seulement trois vidéastes francophones (Neoxys, Ico et Bronol), la composition de l’équipe a évolué parallèlement à son succès. Eh oui, car la chaîne Trash c’est avant tout 1,75 million d’abonnés et des vidéos dépassant régulièrement les 1 million de vues.

Mais le 8 novembre, la chaîne YouTube connaît des turbulences. Ce jour-là, une première vidéo est publiée sur la chaîne d’Iconoclaste intitulée « Je quitte Trash ». La raison évoquée ? Le Youtubeur souhaite se consacrer à ses projets personnels après cinq ans de bons et loyaux services à la chaîne Trash.

À la suite de cette vidéo, Ascuns, Léo TechMaker et la quasi-totalité des autres membres du groupe ont également annoncé leur départ via des vidéos intitulées « Je quitte Trash ». Dans ces dernières, des informations sur les véritables raisons de leurs départs successifs ont été révélées. Bronol dévoile ainsi des conditions de travail insoutenables. Il déplore également une liberté d’expression bafouée par des mots-clés censurés dans les commentaires. Laupok et Alkor ont confirmé ses dires.

Neoxys répond à ses détracteurs

Le principal accusé dans toute cette histoire n’est autre que Neoxys. Il a alors tenu à répondre à ses détracteurs et à donner sa version des faits. Il y reconnaît avoir eu des différends avec Bronol et se défend sur le masquage de certains mots-clés dans les commentaires. Cela serait mis en place afin d’éviter les spams. Selon lui, les torts seraient partagés.

Est-ce définitivement la fin du collectif Trash ou la chaîne arrivera-t-elle à se relever ? Nous en saurons davantage dans les prochains mois…