Entre février et avril 2017, les revenus de certains youtubeurs ont considérablement baissé. Beaucoup de créateurs paniqués et remontés n’ont pas hésité à prendre la parole sur leur chaîne pour informer leurs abonnés de leurs situations et tenter de faire changer les choses. Le youtubeur Absol Vidéos a réalisé une compilation de témoignages de ses confrères désabusés. Dans une vidéo bien documentée, il explique pourquoi le métier de youtubeur n’est plus aussi enviable qu’il y a quelques années.


L’origine du problème

Tout a commencé après la publication d’un article publié par le Times dans lequel le journaliste explique qu’au Royaume-Uni certaines publicités de gros annonceurs sont associées à des vidéos violentes, racistes et extrémistes. En plus de la question de l’image pour les marques, cela signifiait que celles-ci finançaient indirectement des groupes encourageants la haine raciale comme les djhadistes ou des membres du ku klux klan. Suite à cet article repris par de nombreux médias, la filiale Havas aurait retiré de gros budgets publicitaires destinés à YouTube afin de protéger ses clients. D’autres annonceurs comme Mark & Spencer, HSBC, Mc Donald’s, Audi ou encore l’Oréal… auraient également décidé de ne plus apparaître sur la plateforme et de suspendre temporairement leur campagne. Cela a entraîné un manque à gagner énorme pour YouTube, estimé à 750 millions dollars, selon le site Spunik. Suite à ce boycott de YouTube par les annonceurs, Google a rapidement réagi en présentant ses excuses et en annonçant qu’ils allaient prendre des mesures en renforçant ses contrôles en la matière.


Des mesures trop extrêmes ?

Google a déployé un outil très utile aux équipes de YouTube : un nouvel algorithme de détection des vidéos violentes et/ou haineuses. YouTube a également durci ses politiques concernant la publicité pour éviter les mauvaises surprises aux annonceurs qui souhaiteraient investir sur son site. YouTube veille désormais à ce qu’il n’y ait plus de publicités liées à des vidéos dont le titre, les tags, la bio ou la description comporte un caractère sexuel, violent, vulgaire, blasphématoire. Les vidéos qui traitent d’évènement controversés (guerre, tragédie, conflit politique etc…) ou encore dont le langage semble inapproprié sont aussi concernées. D’après Absol,  ses confrères qui respectent ses règles voient régulièrement leurs contenus êtres démonétisés sans raison apparente. Selon une étude réalisée par Captiv8e changement serait à l’origine de la baisse des rémunérations des youtubeurs. Dans la vidéo, on apprend que leurs revenus ont été divisés par 10 et parfois même par 20 ! On entend Faorod dire « Nous sommes tous en train de mourir sur YouTube » et Steelorse déclarer : « on ne gagne plus assez d’argent pour vivre »Tsukyho Power avoue à contre-coeur que sa « carrière de youtubeur est terminée ». Le très populaire youtubeur Prime aurait vu de plus de la moitié de ses vidéos se démonétiser, la chaîne Le Roi des Rats aurait gagné 41 centimes seulement pour une vidéo atteignant les 100 000 vues.

Dans sa vidéo « LES PLACEMENTS DE PRODUITS et vivre de Youtube« , Jean-Baptiste Show explique qu’il travaille 50 heures par semaine et que pour ce rythme effréné il gagne la moitié d’un SMIC (600 euros/mois). Le blogueur Jonathan Dupre, a donc justement posé cette question à ses lecteurs : « Seriez-vous d’accord pour travailler 50h/semaine pour 600€ ? Soit 3€ de l’heure environ. «  La réponse nous la connaissons déjà.

D’autres problèmes pointés du doigt…

Autre problème constaté par Absol, le nouvel alogorithme de YouTube empêcherait les youtubeurs d’atteindre la totalité de leur abonnés entrainant la chutte du nombre de leurs vues. De plus, depuis avril, les chaînes réunissant moins de 10 000 vues au total ne peuvent plus monétiser leurs vidéos. Enfin, une énième affaire avait fait trembler la YouTubosphère en décembre dernier. Le youtubeur le plus suivi au monde avec plus de 55 millions d’abonnés, PewDiePie, avait menacé de fermer sa chaîne en raison de des désinscriptions automatiques qui réduisait l’étendue de sa communauté.


Une solution temporaire

Pour remédier à ce manque à gagner, plusieurs youtubeurs cherchent des moyens alternatifs pour être rémunérés. PewDiePie a par exemple choisi de lancer sa propre émission sur Twitch, la plateforme de jeux en streaming. Acropolis utilise aussi ce site pour diffuser des contenus dédiés à la Politique.